13/12/2014

Historique des Gratte Pavés écrit par Roland Loth fin des années 80 début 90 ?

          Les gratte-pavés Erquelinnois

 

Le club des gratte-pavés compte aujourd’hui plus de 31 printemps !

Aussi, avons-nous pensé qu’il serait agréable de remémorer son histoire aux anciens, et de la faire connaître à ceux, très nombreux, qui nous ont fait l’amitié de nous rejoindre entre temps.

Sa conception, sa gestation, ses premiers pas, son envolée, sa réussite…

C’et le soir d’une étape de la M.S.A 1974 que le club fut réellement et inconsciemment conçu, bien qu’il ne vit le jour officiellement qu’en 1976. Une très longue gestation !

C’est la rencontre de quatre marcheurs à la première expérience en la matière.

Sans lien entre eux, se désaltérant le soir d’une première étape déjà éprouvante, à la buvette du camp installé à Bastogne.

Cependant, son existence ne tint qu’à un fil. Il faillit bien être mort-né.

Certes, ces quatre marcheurs d’horizon différent s’étaient bien promis à l’arrivée à Vielsalm de se revoir pour remettre « ça » !

Mais les promesses ne sont-elles pas faites pour ne pas être tenues ?

Les semaines et les mois passèrent au désespoir de Guy qui avait égaré les coordonnées indispensables à la reprise de contact. Lorsqu’un soir de printemps 1975, Roland se présenta chez lui. Poignée de mains de la retrouvaille. Une pinte.   Et tout de go, « Quand allons-nous marcher ? » Ce fut le sursaut. Dès le dimanche suivant, quelques nouveaux adeptes, ils participent à la marche des Collines à Flobecq. S’entraînant fébrilement en vue de leur future participation à la M.S.A. 1975, il n’y eut plus d’arrêt : la marche de la gendarmerie à Bruxelles, des nombreuses Adeps, le Roeulx Goutroux, Merbes le château , Nivelles, etc. En ce temps, les « Fédérales » ne pullulaient guère dans la région.

Ils n’étaient que sept à se représenter à Bastogne à la Marche du souvenir. Mais tous la réussirent et en conservèrent un souvenir inoubliable !

Puis-je me permettre de rappeler à ces participants les gags de « Caïn » ? Ses piqûres au vinaigre, le coup de Maggy au haut parleur du camp. La tête d’Odette, l’inconfortable position de Michel…Oui, ce fut vraiment quatre journées fastes passées ensemble.

Loin de démobiliser après le souvenir, ce fut la marche de l’Yser, Plombières, les 50 Km de Duisbourg, Saive et j’en oublie !

La décision fut alors prise de concrétiser le Club. Attablés au buffet de la gare d’Erquelinnes, Guy et quelques autres de ses copains lui trouvèrent sa « raison sociale » : LES GRATTE-PAVES !

Si mes souvenirs sont justes ce fut l’œuvre de l’ami Binon. Le premier comité élu, formé de cinq membres, il n’y en avait pas beaucoup plus, fut présidé par Guy. Je fis partie du quintette en qualité de commissaire.

Des relations individuelles, des rencontres faites au cours de marches hebdomadaires, formèrent le maigre contingent d’attaque en 1976.

Toutefois, le succès ne se fit pas attendre longtemps. Les adhérents ne cessèrent d’affluer. A la M.S.A. 1977, c’est une tente complète qui nous est réservée à Houffalize.

Ensuite vint en février 1977 notre première Marche fédérale dénommée Marche des Frontières. D’emblée, ce fut le succès. Les salles d’accueil du buffet de la gare, siège du Club, s’avérèrent trop exigues. En 1978, pour sa 2ème édition, le Club dut se déplacer dans le vaste hall de la salle Culturelle de Solre sur Sambre, commune de l’entité. A travers les années, c’est de succès en succès que la 31ème  vient d’être atteinte. Parmi elles, un chiffre record de 2085 participants fut enregistré en 1982 !

Par ailleurs, depuis sa naissance, le Club s’est formé des marcheurs de longue distance. Bornem, Maubeuge-Enghien, Solre sur Sambre-Binche, Nimègue etc, n’effraient plus nos Georges, Roger, André, Jean ; Gaston et autres Guy. Avec le couple increvable « Fernande-Guillio », il nous doit de citer la « Jeanine à Jean », etc.

Voilà résumé la genèse du Club « les Gratte-Pavés Erquelinnois ». Une bien belle histoire que les 125 membres actuels doivent par leur participation assidue aux marches fédérales contribuer à maintenir et à embellir.

Leur  disponibilité au Club lors de l’organisation de ses marches, la camaraderie entre eux , la folle ambiance qui règnent lors de son dîner annuel, l’actuel engouement pour les cars, sont le garant de sa viabilité. Son avenir reste fleuri !

          AMITIE PAR LA MARCHE ne leur est pas un mot vain.

 

14:00 Publié dans Historique | Commentaires (0) |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.